CAP et Poésie

Aller tout en bas au dernier message - Répondre au message - Retour au forum sur la course à pied

CAP et Poésie par (invité) le 03/03/04 à 20:25:00

Premières senteurs veloutées
Des arbres pailletés de rose
Premières touffes d'herbe tendre
Que je refuse de fouler
Plaisir de respirer le parfum suave
De la nature qui s'éveille
De ressentir la caresse veloutée
Des premiers rayons de soleil
Dont profite aussi le chat qui sommeille
Une belle sortie
Qui me fait encore plus aimer la vie!

C'était une première contribution à la rubrique "CAP et Poésie" du forum, qui va s'étoffer....?

CAP et Poésie par ludi (invité) le 03/03/04 à 20:50:56

je ne suis pas la seule à admirer la nature qui s'éveille et me lever à 7 h le week end pour elle à 20 ans!!mais étant en arret pour periostite ca serait plutot o rage o desespoir!!alord j'attend d'etre + optimiste pour ne pas écrire le spleen!!bonne idée qui devait etre lu par les personnes qui ont l'habitude de dire:quelle idée de courir ;fausse idée qui me vaut bien des maux et des mots

CAP et Poésie par Marlène (invité) le 04/03/04 à 18:55:48

Epis mûrissant dans les champs de blé,
Soleil de plomb sur ma peau hâlée,
Senteur de pinède sous l'ombre désirée
Je sens déjà que c'est l'été.

Arbres rougissant dans la chêneraie,
Nuages gris envahissant ma pensée,
Champignons sous mousse cachés,
Je sens que l'automne est né.

Branches mortes parsemant la forêt,
Froid givré m'enveloppant dans ses filets
Plus d'oiseau pour accompagner ma foulée,
Je sens que l'hiver est arrivé.

Fleurs blanches couronnant les fruitiers,
Odeur tendre de l'herbe mouillée,
L'espoir d'un renouveau ensoleillé,
Je sens que le printemps est retrouvé.
M.


CAP et Poésie par Marlène (invité) le 04/03/04 à 19:07:48

Bon , vous moquez pas les gars !!
M.

CAP et Poésie par Khrisss (invité) le 04/03/04 à 19:31:04

un seul mot:

CHAPEAU

bisous .....................encooooooooore

CAP et Poésie par philippe.c (invité) le 04/03/04 à 20:32:10

c'est tres joli tout ca les poetes .........bravo

CAP et Poésie par Frédéric (invité) le 07/03/04 à 19:37:27

Quand un oiseau chante,
C’est qu’il n'a rien à faire
Sur la branche, alors il pense,
Et sa pensée est une chanson.

Quand un enfant chante,
C’est qu’il n’a rien à faire
Sur la route, alors il marche,

Et son rythme est un refrain.
En vérité, c’est l’enfant
Qui passe le relais à l’oiseau,
Car il sait que sa voix
Ne peut pas monter plus haut.

CAP et Poésie par Marlène (invité) le 08/03/04 à 19:07:47

Et bien voilà...! Merci Fred !
M.

CAP et Poésie par AL (invité) le 08/03/04 à 20:33:08

Oh Marlène
les coeurs saignes
et s'accroche en haut
de tes bras
Oh Marlène
dans tes veines
coulent l'amour des soldats

Rien à voir avec la cap, mais chaque fois que je vois ce prénom, çà m'y fait penser. Certains aurront reconnu.

CAP et Poésie par Mike (invité) le 09/03/04 à 12:27:30

Oh Marlène....moi j'ai reconnu...ce n'est pas le moment... iln'est plus à la mode!!!mais c'est vrai que la chanson est belle et que moi ausi à chaque fois que je vois ce prénom ou l'entend je pense à ce couplet!

CAP et Poésie par Frederic (invité) le 03/08/04 à 14:29:35

Deja dit peut-etre, je ne sais plus...

Les Nuages se refletent
Dans les flaques d'Eau
Courir dans le Ciel.

Fred

CAP et Poésie par ponge (invité) le 03/08/04 à 14:34:38

Je cours , je cours, je cours
sous un soleil de four
de ce parc je vais faire le tour
même si ce n'est pas le mercantour.

CAP et Poésie par Frederic (invité) le 03/08/04 à 14:39:42

Et voila, l'amour rend lyrique.
Fred

CAP et Poésie par Dom (invité) le 03/08/04 à 15:35:07

L'eau très douce s'écoule - éponge ma soif.
L'autre est doux, c'est cool - éh! Ponge, masse.. ouaf!

CAP et Poésie par (invité) le 03/08/04 à 15:37:18

ps: vous l'aurez compris, la deuxième phrase est dite par manga3 :-)

CAP et Poésie par Frederic (invité) le 03/08/04 à 15:40:12

Ha je te reconnais bien la Dom. Ca va la Suisse ?
Fred

CAP et Poésie par Frederic (invité) le 03/08/04 à 15:56:19

J'ai tant reve de toi,
Tant couru, parle,
Dormi avec ton fantome
Qu'il ne me reste plus
Qu'a etre fantome parmi les fantomes
Ombre cent fois qui court
Et courra allégrement
Sur le cadran solaire de ta vie

Fred

D' apres Robert Desnos)

CAP et Poésie par Marlène (invité) le 03/08/04 à 16:04:47

Non Manga aurait dit aarrrfff et non ouaf !
M..

CAP et Poésie par Dom (invité) le 03/08/04 à 16:12:10

oui mais dans "soif" y a pas de r :(

CAP et Poésie par Marlène (invité) le 03/08/04 à 16:17:59

Non Manga aurait dit aarrrfff et non ouaf !
M..

CAP et Poésie par Dom (invité) le 03/08/04 à 16:25:56

oui mais dans "soif" y a pas de r :(

(pourquoi cette impression de "déjà vu" ?!)

CAP et Poésie par Marlène (invité) le 03/08/04 à 16:47:57

Petits problèmes de pc.. ha sacré Dom
M.

CAP et Poésie par NicolasCMS (invité) le 03/08/04 à 17:47:10

C'est pas de moi mais que c'est beau !!!

"J'ai la quéquette qui colle
J'ai les bonbons qui font des bonds
J'ai la quéquette qui colle
Dansons sur le pont d'Avignon

Viens avec moi dans la clairière
Tu verras de quoi elle a l'air
Et si tu montes jusqu'au grenier
Tu pourras la toucher

Joyeuse contine et farandole
J'ai la quéquette qui colle

J'ai les harpions qui fouettent
Et des morpions plein les roupettes
Des pellicules sur l'crâne
Comme tous les gars de la campagne.

Si tu me suis au presbytère
J'te débal'rai toutes mes affaires
Et si tu veux que j'te montre mon cul
Allons nager au rû

Faisons la ronde jolie Juliette
Danse avec moi la gigolette
J'ai les harpions qui fouettent

J'ai le claquemert qui r'foule
Et du pelage dans les esgourdes
Des bubons sur les boules
L'arrière-cour qui fleure la palourde

Allons butiner la fleurette
Tu m'épouilleras de mes bébêtes
Et si c'est propre et si c'est net
Je te ferai la brouette.

Chante avec moi la pêche aux moules
J'ai le claquemert qui r'foule

J'ai la quéquette qui colle
J'ai les bonbons qui font des bonds
J'ai la quéquette qui colle
Dansons sur le pont d'Avignon. "

CAP et Poésie par Marlène (invité) le 03/08/04 à 18:46:07

Bon Nico, 26 ans, là tu exagères c'est un post de POESIE sur la CAP !!!!!
M.

CAP et Poésie par LINDA (invité) le 03/08/04 à 19:19:20

ah oui la poésie..... moi aussi je suis poète poète à mes heures... mais pour l'heure, après le beau déballage de Nico (via Pierre perret, je crois).. il ne manque plus que le ZIZI !!!!!
je vous avais prévenu !!!!
LINDA

CAP et Poésie par 6 (invité) le 03/08/04 à 21:02:25

Oui Fred, mais à force, à part si tu es JC, et bien tu as les pieds mouillés !
Ah bon c'est de la polèsie... bon, bon
(un haïku peut être ?)

Cédric

PS : Nicolas, j'ai bien ri, ça rappelle les colos... la si la sol...

CAP et Poésie par 6 (invité) le 03/08/04 à 21:03:00

Oui Fred, mais à force, à part si tu es JC, et bien tu as les pieds mouillés !
Ah bon c'est de la polèsie... bon, bon
(un haïku peut être ?)

Cédric

PS : Nicolas, j'ai bien ri, ça rappelle les colos... la si la sol...

CAP et Poésie par NicolasCMS (invité) le 03/08/04 à 21:22:50

Et maintenant place à un grand classique :

"La digue du cul en revenant de Nantes ( bis )
De Nantes à Montaigu,
La digue la digue
De Nantes à Montaigu
La digue du cul

La digue du cul, je rencontre une belle ( bis )
Qui dormait le cul nu
La digue la digue
Qui dormait le cul nu
La digue du cul

La digue du cul j'arme mon arbalète ( bis )
Et j'lui fous droit dans le cul
La digue la digue
Et j'lui fout droit dans le cul
La digue du cul

La digue du cul la belle se réveille (bis)
Et dit " j'ai l'diable au cul "
La digue la digue
Et dit " j'ai l'diable au cul "
La digue du cul

La digue du cul non ce n'est pas le diable (bis)
Mais un gros dard poilu
La digue la digue
Mais un gros dard poilu
La digue du cul

La digue du cul qui bande et qui décharge (bis)
Et qui t'en fous plein l'cul
La digue la digue
Et qui t'en fout plein l'cul
La digue du cul

La digue du cul puisqu'y est qu'il y reste
Et qu'on en parle plus
La digue la digue
Et qu'on en parle plus
La digue du cul."

CAP et Poésie par Frederic (invité) le 04/08/04 à 23:07:17

Lorsque je ne te vois plus
Ce serait mentir un peu
De dire que je suis perdu
Aneanti, cafardeux
Au point de me precipiter
Dans le premier TGV
Mon soleil des jours heureux
Lorsque je ne te vois plus
Je voudrais tant que mes yeux
Paupieres serrees tant et plus
S’efforcent de recreer
Ton image
Et rien de plus

-------------------
Fred

CAP et Poésie par Frederic (invité) le 07/08/04 à 09:45:54

Chanté par Robert Charlebois à La Rochelle (oui oui) en juillet.

J't'aime comme un fou,
J't'aime comme un fou,
J't'aime comme un fou,
Mais tu t'en fous.

J't'aime comme un fou,
J't'aime comme un fou,
J'me tatoue ton nom tout partout.

Pour que tu m'trouves plus beau quand tu m'verras tout nu,
J'ai perdu vingt kilos t'en es-tu aperçue ?
Pour retrouver ma ligne, pour retrouver mon swing,
J'fais du bodybuilding, du tennis, du jogging.

M'as-tu vu courir ?
M'as-tu vu courir ?
M'as-tu vu courir dans ta rue ?

J't'aime comme un fou,
J't'aime comme un fou,
J't'aime comme un fou,
Mais tu t'en fous.

J't'aime comme un fou,
J't'aime comme un fou,
J'me tatoue ton nom tout partout.

Tu m'donnes de l'énergie comme j'n'en ai jamais eu.
A cause de toi, ma vie a pris d'la plus-value.
J'me sens comme un champion qui court le marathon.
Chaque fois que tu m'dis non, j'redouble d'ambition.

Depuis qu'j't'ai rencontré
A une séance d'aérobic,
Toute ma vie à changé.
Maintenant j'me réveille en musique.

M'as-tu vu courir ?
M'as-tu vu courir ?
M'as-tu vu courir dans ta rue ?

J't'aime comme un fou,
J't'aime comme un fou,
J't'aime comme un fou,
Mais tu t'en fous.

J't'aime comme un fou,
J't'aime comme un fou,
J'me tatoue ton nom tout partout.

J't'aime comme un fou,
J't'aime comme un fou,
J't'aime comme un fou,
Mais tu t'en fous.

J't'aime comme un fou,
J't'aime comme un fou,
J'me tatoue ton nom tout partout...

-----------
Fred


CAP et Poésie par cocotte62 (invité) le 07/08/04 à 10:10:33

Merci les ami(es) pour les poesies et les chansonnettes,
un véritable sourire, depuis, s'est dessiné sur ma bouche !
Et je vais vous dire pour être honnête
Continuez, n'hésitez pas, mettez-en encore une couche !

CAP et Poésie par LINDA (invité) le 09/08/04 à 13:01:46

Et bien justement.....
Bonne fête Delphine, bonne fête Fred, chica, Marlene,bonne fête Linda, gilles.....et tout le monde !!!
Non je ne délire pas, mais aujourd'hui..oui Poésie poésie, c'est la saint AMOUR !!! Et lorsqu'on court, y'a d'l amour...et y'en a même en chacun de sois et sous toute forme..mais oui cherchez bien
BONNE FETE A TOUS ALORS
BISES D'AMOUR
LINDA

CAP et Poésie par gilles (invité) le 10/08/04 à 12:14:15

Courir
Mes foulées me guident
Vers mon avenir

CAP et Poésie par Jostein (invité) le 10/08/04 à 21:53:35

J’adore Arthur Rimbaud, parfois, quand je cours, je me souviens de ce poème :


« Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J'allais sous le ciel, Muse ! Et j'étais ton féal;
Oh! Là! Là! Que d'amours splendides j'ai rêvées!

Mon unique culotte avait un large trou.
- Petit Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande Ourse.
- Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques,
De mes souliers blessés, un pied près de mon cœur! »
Arthur Rimbaud

CAP et Poésie par (invité) le 10/08/04 à 21:55:43

pafois je me dis , c'est du n'importe quoi ici, parfois un appel au secours !

CAP et Poésie par Frédéric (invité) le 17/08/04 à 17:19:23

Bonjour,
Fred
^^^^^^^^^^

Un jour, je me suis dépassé.
Mais j’étais perdu, car au-dessus
de Moi-même, je n’avais pas d’avenir
Et plus de passé.
Je me suis dit en Me retournant:
avance, je suis Perdu.
Fallait pas courir si vite
a Dit l’autre: tu m’as doublé,

c’est à Toi de m’attendre. C’est vrai:
C’était à moi de m’arrêter.
Mais Quand je suis arrivé à ma hauteur,
J’ai piqué un démarrage et je me Suis dépassé.

CAP et Poésie par boucleduconfluent (invité) le 17/08/04 à 17:37:28

Apres avoir vu un superbe reportage sur un SDF qui faisait le marathon de Paris

Une course une vie
Ca fait bien longtemps que j’ai tout plaqué
Devant toutes les galères j’ai cessé de ramer
Marre de me remuer du vent contre les marées
Mon navire a coulé et la rue m’a appelé
Je vis au jour le jour au grès des pièces laissées
Refrain
Une course aujourd’hui
Pour ne pas mourir dans l’oubli
Une course comme un cri
Pour un appel à la vie

Je vis à petit feu moi qu’on oublie peu à peu
Les regards des autres ne croisent plus mes yeux
J’erre comme fantôme entre Paris et banlieue
Je fais les décharges pour subsister un peu
J’ai même oublié ce que c’était d’être heureux
Refrain
Une course comme un défi
…

Si ma vie a un sens ce doit être aujourd’hui
Même si cette course est pour moi qu’une pure folie
Je veux accomplir ici le Marathon de Paris
Quarante deux kilomètres pour un bout de paradis
Quarante deux kilomètres une course pour une vie
Refrain
Une course comme un défi
…

Cela fait déjà des heures que la souffrance me tient
Je ne veux pas lâcher je ne suis plus très loin
Et partout sur la route j’entends tous ces soutiens
On m’accompagne même sur un bout de chemin
Moi pour qui la solitude est le lot quotidien
Refrain
Une course comme un défi
…

Elle se profile enfin celle qui m’a fait rêvée
Sa courbe est si fine et sont teint coloré
Je l’épouse sur le fil pour une dernière foulée
Je l’embrasse épuisé mais au combien comblé
Ma vie vient de changer sur cette ligne d’arrivée
Refrain
Une course comme un défi
Pour ne pas mourir dans l’oubli
Une course comme un cri
Pour un appel à la vie

CAP et Poésie par Delphine (invité) le 17/08/04 à 17:38:41

Bonjour

C'est une sorte de poésir mais pas en relation avec la CAP. Peu importe cela concerne nombreux d'entre nous ;-)

Il était une fois, une île où tous les différents sentiments vivaient : le Bonheur, la Tristesse, le Savoir, ainsi que tous les autres, l'Amour y compris.

Un jour on annonça aux sentiments que l'île allait couler.
Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent.

Seul l'Amour resta.


L'Amour voulait rester jusqu'au dernier moment. Quand l'île fut sur le point de sombrer, l'Amour décida d'appeler à l'aide.


La Richesse passait à côté de l'Amour dans un luxueux bateau.
L'Amour lui dit, "Richesse, peux-tu m'emmener?"
"Non car il y a beaucoup d'argent et d'or sur mon bateau. Je n'ai pas de place pour toi."

L'Amour décida alors de demander à l'Orgueil, qui passait aussi dans un magnifique vaisseau, "Orgueil, aide-moi je t'en prie !"
"Je ne puis t'aider, Amour. Tu es tout mouillé et tu pourrais endommager mon bateau."


La Tristesse étant à côté, l'Amour lui demanda, "Tristesse,laisse-moi venir avec toi."
"Ooh... Amour, je suis tellement triste que j'ai besoin d'être seule !"


Le Bonheur passa aussi à coté de l'Amour, mais il était si heureux qu'il n'entendit même pas l'Amour l'appeler !


Soudain, une voix dit, "Viens Amour, je te prends avec moi."C'était un vieillard qui avait parlé.

L'Amour se sentit si reconnaissant et plein de joie qu'il en oublia de demander son nom au vieillard. Lorsqu'ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s'en alla.

L'Amour réalisa combien il lui devait et demanda au Savoir

"Qui m'a aidé ?"

"C'était le Temps" répondit le Savoir.

"Le Temps ?" S'interrogea l'Amour.

"Mais pourquoi le Temps m'a-t-il aidé ?"



Le Savoir, sourit plein de sagesse, et répondit :



"C'est parce que Seul le Temps est capable de comprendre combien l'Amour est important dans la Vie."

CAP et Poésie par boucleduconfluent (invité) le 17/08/04 à 17:45:03

Sans les apostrophes c'est mieux

Une course une vie
Ca fait bien longtemps que j ai tout plaqué
Devant toutes les galères j ai cessé de ramer
Marre de me remuer du vent contre les marées
Mon navire a coulé et la rue m a appelé
Je vis au jour le jour au grès des pièces laissées
Refrain
Une course aujourd hui
Pour ne pas mourir dans l oubli
Une course comme un cri
Pour un appel à la vie

Je vis à petit feu moi qu on oublie peu à peu
Les regards des autres ne croisent plus mes yeux
J erre comme fantôme entre Paris et banlieue
Je fais les décharges pour subsister un peu
J ai même oublié ce que c était d être heureux
Refrain
Une course comme un défi
…

Si ma vie a un sens ce doit être aujourd hui
Même si cette course est pour moi qu une pure folie
Je veux accomplir ici le Marathon de Paris
Quarante deux kilomètres pour un bout de paradis
Quarante deux kilomètres une course pour une vie
Refrain
Une course comme un défi
…

Cela fait déjà des heures que la souffrance me tient
Je ne veux pas lâcher je ne suis plus très loin
Et partout sur la route j entends tous ces soutiens
On m accompagne même sur un bout de chemin
Moi pour qui la solitude est le lot quotidien
Refrain
Une course comme un défi
…

Elle se profile enfin celle qui m a fait rêvée
Sa courbe est si fine et sont teint coloré
Je l épouse sur le fil pour une dernière foulée
Je l embrasse épuisé mais au combien comblé
Ma vie vient de changer sur cette ligne d arrivée
Refrain
Une course comme un défi
Pour ne pas mourir dans l oubli
Une course comme un cri
Pour un appel à la vie

CAP et Poésie par boucleduconfluent (invité) le 18/08/04 à 22:46:30

Allez, une pause sur les JO .. petit poeme

Les vieux olympiques
Les vieux de l Olympe n en croient pas leurs yeux
Le reflet de leurs jeux est à cent mille lieux
La flamme qui jadis avait enflammé le feu
Est en cendre aujourd hui et a fait ses adieux
Refrain
Cela fait quatre ans qu on attend cet instant
Les jeux olympiques c est un rêve d enfant
Cela fait quatre ans qu on attend cet instant
Les jeux olympiques c est ici et maintenant

Les jeux ne sont plus qu une légende du passé
Aujourd hui l imprévu est même programmé
Les pubs et sponsors sont là pour assommer
Tout est fait dans le but de bien consommer
C est la règle du jeu et du nouveau marché
Refrain
Cela fait quatre ans qu on attend cet instant


Les jeux d aujourd hui ont pris acte sur l échiquier
Les athlètes sont des pions et parfois cavaliers
Dans leurs sangs coulent les ingrédients pour gagner
Ils sont prêts à tout pour arriver les premiers
Refrain
Cela fait quatre ans qu on attend cet instant


Les revers de médaille ne sont pas tous dorés
Des sportifs gagnent l or mais pas l humilité
Ils se prennent pour des D-ieux que l on doit respecter
Et leurs caprices font même bondir les stars de ciné
Refrain
Cela fait quatre ans qu on attend cet instant


Entre deux spots vantant les vertus de boissons
Un père est en larme devant sa télévision
C est son cœur qui parle dans cet instant d émotion
Il ne peut résister devant la victoire du fiston
Refrain
Cela fait quatre ans qu on attend cet instant
Les jeux olympiques c est un rêve d enfant
Cela fait quatre ans qu on attend cet instant
Les jeux olympiques c est ici et maintenant


CAP et Poésie par cigale (invité) le 19/08/04 à 15:25:22

super boucleduconf, je vois que ton âme de poète peut aborder tous les thèmes.
Bravo encore.
La cigale

CAP et Poésie par Chica (invité) le 20/08/04 à 21:09:36

Un père
C'est un premier voyage
dans le noir et sans âge
qui nous lie à la mère

Un père
c'est un premier amour
avant de voir le jour
dans le ventre ou l'on tamboure
où ses mains nous entourent

Un père
c'est une frontière qui cède
un père
c'est une barrière qui aide
il nous offre les premiers pas
d'une vie de combats
il nous venge chaque fois
il nous rassure tous bas

Un père
c'est une première colère
jaloux au bout des lèvres
mais qui borde nos rêves

Un père
c'est un premier bonheur
une alliance autour du coeur
qui dit oui à l'âme soeur
creusant nos joues de pleurs

Un père
c'est les heures qui espèrent
un père
un futur fait d'hier
il nous confie une vie entière
de printemps et d'hivers
d'un baiser on le rassure
un peu comme une mère

Un père
c'est le dernier repère
dans les bras de la terre
une étoile qui éclaire
nos envies
un père .......

Chica
(qui a perdu le sien à l'âge de 10 ans ... pardon pour la pointe de mélancolie .... )

CAP et Poésie par Frédéric (invité) le 20/08/04 à 21:12:19

Mise à part la mariée, il n’y a que la Limace et l’escargot qui laissent Des traînes derrière eux. C’est donc Que les gastéropodes se marient.

Après la noce, ils vont dans le Potager sans quitter leurs traînes.
La mariée aussi va dans le jardin

Sans ôter sa robe. Quand on regarde Bien les photos de mariages qui Sont prises à cette occasion, on Voit dans le fond, des limaces
Et des escargots qui posent.

-------

Fred

CAP et Poésie par LaurentB (membre) (80.8.0.xxx) le 31/01/05 à 23:32:26

up

CAP et Poésie par Maître Capello (invité) (62.34.131.xxx) le 31/01/05 à 23:36:14

Coureur d’ici ou d’ailleurs,

Tu vis ta passion,
Tu penses que c’est la meilleure
Tu penses que tu as raison,
Ici, c’est ailleurs…

Black, blanc ou beur,
Tu connais le labeur,
Là oû sont les vraies valeurs…

Loin de vivre à moitié,
Tu espères bien te rencontrer,
Car là oû tu fais du fractionné,
Tu es prêt à te mesurer…

A écouter Caribou, Mariedelyon ou Abdel,
Tu ne comptes pas te brûler les ailes,
Courir ou mourir, tu as fait ton choix de vie,
Tu seras bientôt prêt pour le marathon de Paris.

Tu vis ta passion,
Tu penses que c’est la meilleure
Tu penses que tu as raison,
Ici, c’est ailleurs…

CAP et Poésie par CerF BleU (membre) (82.67.35.xxx) le 01/02/05 à 16:57:41


A méditer sérieusement par chacun d'entre nous ;)

---------------------
Ô moi ! Ô vie ! Toutes ces questions
Qui m'asaillent
Ces cortèges sans fin d'incroyants
Ces villes peuplées de sots
Qu'y a-t-il de bon dans tout cela, ô moi, ô vie ?

Réponse :

Que tu es ici - que la vie existe, et l'identité,
Que le prodigieux spectacle continue,
Et que tu puisses apporter ta rime.

Walt Whitman

-----------------------------------------------------------------
O ME! O life!... of the questions of these recurring;
Of the endless trains of the faithless - of cities fill’d with the foolish;
Of myself forever reproaching myself, (for who more foolish than I, and who more faithless?)
Of eyes that vainly crave the light - of the objects mean - of the struggle ever renew’d;
Of the poor results of all - of the plodding and sordid crowds I see around me; 5
Of the empty and useless years of the rest - with the rest me intertwined;
The question, O me! so sad, recurring - What good amid these, O me, O life?

Answer.

That you are here - that life exists, and identity;
That the powerful play goes on, and you will contribute a verse

CAP et Poésie par LePat (membre) (86.213.147.xxx) le 02/11/10 à 23:29:03

.




Brocante......
Vieux post retrouvé dans les cartons !!!



.

CAP et Poésie par Daniel.B (invité) (91.88.41.xxx) le 05/10/19 à 13:45:37

Et je cours, je me raccroche à la vie
Je me saoule avec le bruit
Des corps qui m'entourent

CAP et Poésie par Woodkid (invité) (81.51.86.xxx) le 05/10/19 à 21:53:17

Run boy run! This world is not made for you
Run boy run! They’re trying to catch you
Run boy run! Running is a victory
Run boy run! Beauty lays behind the hills


Cours petit cours! Ce monde n'est pas fait pour toi
Cours petit cours! Ils essaient de t'attraper
Cours petit cours! Courir est une victoire
Cours petit cours! La beauté s'étend derrière les collines

CAP et Poésie par (invité) (80.12.34.xxx) le 05/10/19 à 22:03:47

Petit Ours Brun Fait Popo
Petit Ours Brun Fait Pipi
Petit Ours Brun C'est du Pipo

CAP et Poésie par Alain. B (invité) (91.88.41.xxx) le 06/10/19 à 06:19:54

Un jour je courirai moins,
Jusqu'au jour où je ne courirai plus.

CAP et Poésie par (invité) (176.187.23.xxx) le 06/10/19 à 16:55:14

Blasphème !

On peut déconner avec tout, pas avec Bashung :-((

CAP et Poésie par (invité) (80.12.34.xxx) le 06/10/19 à 17:28:19

ouais c clair:le bashung bashung c pas bath

CAP et Poésie par (invité) (80.12.34.xxx) le 06/10/19 à 17:29:15

ouais c clair:le bashung bashing c pas bath

CAP et Poésie par Tiikeri (invité) (185.107.87.xxx) le 06/10/19 à 19:31:17

The Ramones :

Eh oh let’s go !

CAP et Poésie par Joséphine (invité) (81.51.86.xxx) le 06/10/19 à 21:40:25

usez vos souliers
usez l'usurier
soyez ma muse

CAP et Poésie par Robert. S (invité) (91.88.41.xxx) le 07/10/19 à 18:03:20

Show me, show me, show me how you do that trick
The one that makes me scream she said
The one that makes me laugh she said
Threw her arms around my neck
Show me how you do it and I'll promise you
I'll promise that I'll run away with you,
I'll run away with you

CAP et Poésie par Totoche (invité) (82.253.0.xxx) le 07/10/19 à 22:36:56

Bébé la nuit j’me masturbe (Ouais)
Bébé la nuit j’me caresse (Ouais)
Mater ton boule de déesse (Ouais)
Des images de toi dans mon cerveau tout plein

Vivement la nuit pour baiser (Et ouais)
Bouffer ton sexe en entier (Ouais)
Glisser ma main dans ton jean (Et ouais)
Cramer nos corps sous la couette et… péter tes riens jusqu’à te mettre bien

Bébé la nuit je coule sans toi, bébé la nuit j’me saoul sans toi
Bébé la nuit je cours… tout ça pour l’amour
Bébé la nuit je coule sans toi, bébé la nuit j’me saoul sans toi
Bébé la nuit j’suis sourd… tout ça pour l’amour
Bébé la nuit tu m’manques, bébé la nuit j’suis en manque
Tout ça pour la fièvre… d’une balade dans mes rêves

Bébé la nuit t’es mon chien (Ouais)
Frotter ta queue sur ma bouche (Ouais)
Casser les meubles si j’ai faim (Ouais)
Plus rien qui compte à par mes courbatures, et sentir qu’en bas tout devient dur

Bébé la nuit j’suis en vrac (Et ouais)
Frotter ta chatte sur mon torse (Ouais)
Lécher ta peau délicate (Et ouais)
L’odeur de l’animal bête et agripper tes couettes…
Jusqu’à te mettre en or-bite-

Bite dans mes doigts, sur mes seins (Et ouais)
Rentrer en toi sans les mains (Bien sûr) (Ouais)
Jouir avec toi c’est facile (Et ouais)
Agrandir fort tes pupilles et partir un peu dans les vapes quand on jouit

Bébé la nuit je coule sans toi, bébé la nuit j’me saoul sans toi
Bébé la nuit je cours… tout ça pour l’amour
Bébé la nuit je coule sans toi, bébé la nuit j’me saoul sans toi
Bébé la nuit j’suis sourd… tout ça pour l’amour
Bébé la nuit tu m’manques, bébé la nuit j’suis en manque
Tout ça pour la fièvre… d’une balade dans mes rêves

Bébé la nuit j’vois plus rien
Poser ta tête sur mes seins
Couler une larme sur ta peau
Reste avec moi il fait chaud [X3]

(Bébé la nuit je coule sans toi, bébé la nuit j’me saoul sans toi
Bébé la nuit je cours… tout ça pour l’amour)
Bébé la nuit je coule sans toi, bébé la nuit j’me saoul sans toi
Bébé la nuit je cours… tout ça pour l’amour
Bébé la nuit je coule sans toi, bébé la nuit j’me saoul sans toi
Bébé la nuit j’suis sourd… tout ça pour l’amour
Bébé la nuit tu m’manques, bébé la nuit j’suis en manque
Tout ça pour la fièvre… d’une balade dans mes rêves

CAP et Poésie par (invité) (80.12.34.xxx) le 07/10/19 à 22:40:33

CACA pipi






CAP et Poésie par (invité) (80.12.34.xxx) le 07/10/19 à 22:41:17

CAPAPIPI

CAP et Poésie par Lou. R (invité) (91.88.41.xxx) le 09/10/19 à 15:59:48

Teenage Mary said to Uncle Dave
I sold my soul, must be saved
Gonna take a walk down to Union Square
You never know who you're gonna find there
You gotta run, run, run, run, run
Take a drag or two
Run, run, run, run, run
Gypsy Death and you
Tell you whatcha do

CAP et Poésie par (invité) (90.48.221.xxx) le 09/10/19 à 18:48:22

Le velours et Nicotine :-)

CAP et Poésie par (invité) (81.51.86.xxx) le 09/10/19 à 19:08:13

Les rues sont assez larges pour laisser passer les chars
Il faudra se souvenir, dans le feu de l’action
Des visages et des lieux qu’on n’est pas sûrs de revoir
Au fond du cœur des filles, le débardeur et le coton

CAP et Poésie par Oui (invité) (194.214.0.xxx) le 10/10/19 à 10:18:58

Il faudrait élargir chaque trottoir (làdidon)
Pour que toutes filles et femmes
Ne subissent pas les infâmes
Harcèlements de rue, OH C PA LA FOIRE ! (làdidon)

CAP et Poésie par Oui (invité) (194.214.0.xxx) le 10/10/19 à 10:51:04

Mais étrangement quand on élargit
(Les trottoirs, hein, pas de mauvais esprit)
Les méchants meussieurs qu'on ne sait nommer
(Gare ! de tout seriez-vous accusé
Ce faisant, mieux vaut beaucoup de déni !)
Ils continuent car pas bien éduqués ;
C'est ça qu'est de la femme le mépris !

CAP et Poésie par Bodelére (invité) (93.22.38.xxx) le 10/10/19 à 11:12:33

J’etouffE de ne plus sentir tes bras
À la lueur de ma frontale
Claque la bise au vent défunt
Un peu de toi et nous voilà
Oh vent sacré qui me défait
L’envie de clair et peu d’obscur
Te scrute du haut de mes désirs
Un peu de nok et tu remballes

CAP et Poésie par (invité) (81.51.86.xxx) le 10/10/19 à 12:04:31

Allez, fais moi tourner la tête (Hé-hé)
Tourner la tête (Héhé)
Rend moi bête comme mes ieds-p (Hé-hé)
Bête comme mes ieds-p (Héhé)

CAP et Poésie par (invité) (176.187.23.xxx) le 10/10/19 à 17:48:45

La vie c'est du théâtre et des souvenirs
mais nous sommes opiniâtres à ne pas mourir

CAP et Poésie par Brian De Palmas (invité) (91.88.41.xxx) le 25/10/19 à 17:26:20

Je ne m'aperçevais pas
Que tu étais derrière chacun de mes pas
Erreur fatale
Vient le temps des regrets
Je me noie dans un verre de larmes
Car j'étais sur la route
Toute la sainte journée
Je n'ai pas vu le doute en toi s'immiscer
J'étais sur la route
Toute la sainte journée
Si seulement j'avais pu lire
Dans tes pensées

CAP et Poésie par Louis (invité) (90.109.235.xxx) le 26/10/19 à 13:29:16

Courir derrière des bouts de papier.
Quel gaspillage quand on y pense !
Perdre sa vie à la gagner,
Courir en dépit du bons sens.
Vendre ses nuits, vendre ses jours,
Pour quelques francs bien trop lourds.

Courir derrière des bouts de papier.
A peine le temps d'exister.
Courir derrière, courir derrière.

CAP et Poésie par Comprenne qui pourra ! (invité) (93.22.150.xxx) le 26/10/19 à 13:47:07

La première fois quand je l'ai vue
J'ai tout de suite remarqué son regard
J'en étais complètement hagard

Dans ce jardin du Luxembourg
Je me suis dit Faut que je l'aborde
Pour voir si tous deux on s'accorde

J'ai déposé mon baluchon
Alors j'ai vu tes gros yeux doux
J'en suis devenu un peu comme fou

Quand je t'ai dit que tu me plaisais
Que j'aimerai bien te revoir
Tu m'as donné rendez-vous le soir

Et je t'ai dis Oh Pénélope
Que tu étais une sacrée belle fille
Que je t'aimerai toute ma vie

Quand dans ce lit de marguerites
Tu m'as caressé doucement la tête
Ma vie entière est une fête

Et sous les regards de la foule
J'ai posé ma main sur ta main
Vous voyez bien que ce n'est pas malsain

À l'ombre des eucalyptus
Je t'ai dit Je veux que tu me suives
Je te sentais d'humeur lascive

Alors comme ça dans les tulipes
Tu m'as fait une petite promesse
Gage d'affection et de tendresse

Si notre amour devait céder
Je n'aurais plus qu'à me faire prêtre
Je ne pourrai jamais m'en remettre

Car si un jour notre amour rouille
Je m'en mordrai très fort les doigts
Chérie vraiment je n'aime que toi !

CAP et Poésie par Capoeira (invité) (90.109.235.xxx) le 27/10/19 à 12:53:22

Capoeira
É defesa é ataque
A ginga de corpo
E a malandragem

capoeira
coro:
É defesa é ataque
A ginga de corpo
E a malandragem

São Francisco Nunes
Preto velho meu avô
Ensinou para o meu pai
Mas meu pai não me ensinou

capoeira
coro:
É defesa é ataque
A ginga de corpo
E a malandragem

O Maculelê
A danca do pau
Na roda de capoeira

capoeira
coro:
É defesa é ataque
A ginga de corpo
E a malandragem

Eu ja tive em Moçambique
Eu ja tive em Guinè
Tô voltando de Angola
Com o jogo de Malè

capoeira
coro:
É defesa é ataque
A ginga de corpo
E a malandragem

Se você quiser aprende
Vai ter que praticar
Mas na roda de Capoeira
E’ gostoso de jogar

capoeira
coro:
É defesa é ataque
A ginga de corpo
E a malandragem

CAP et Poésie par (invité) (77.158.219.xxx) le 29/10/19 à 15:02:37

Bali Balo dans son berceau
Bandait déjà comme un taureau
Fils de putain lui dit sa mère
Tu bandes déja plus que ton père

[Refrain] :
Ah-ah Bali Balo
Bali-Balo est un salaud

Bali Balo dans le désert
Se trimbalait les couilles à l'air
Arriva un nuage de grenouilles
Qui lui bouffa la peau des couilles

[Refrain]

Bali Balo sur sa moto
Faisait du cent et du zéro
Et c'est dans c'putain virage
Qu'y s'l'ai prises dans l'embrayage

Bali Balo chez les bonnes soeurs
Se tapa la mère supérieure
La vieille lui dit jamais le seigneur
Ne m'a donné autant d'bonheur

Bali Balo dans son avion
Avec sa femme et son cochon
Dès que sa femme eut tourné la tête
Il encula la pauvre bête

Bali Balo au cinéma
Péta si fort qu'il s'envola
Il atterrit dans les coulisses
Et encula l'pompier de service

[Refrain]

Bali Balo dans son cercueil
Bandait encore comme un chevreuil
Avec sa bite en arc de cercle
Il parvint à soulever l'couvert

[Refrain]

Bali Balo au paradis
Suça la bite de Jesus Christ
Et il a trouva un peu amer
Alors il a garda pour le dessert

CAP et Poésie par Victor (invité) (90.109.235.xxx) le 30/10/19 à 07:01:08

Si j’étais la feuille que roule
L’aile tournoyante du vent,
Qui flotte sur l’eau qui s’écoule,
Et qu’on suit de l’oeil en rêvant ;

Je me livrerais, fraîche encore,
De la branche me détachant,
Au zéphyr qui souffle à l’aurore,
Au ruisseau qui vient du couchant.

Plus loin que le fleuve, qui gronde,
Plus loin que les vastes forêts,
Plus loin que la gorge profonde,
Je fuirais, je courrais, j’irais !

Plus loin que l’antre de la louve,
Plus loin que le bois des ramiers,
Plus loin que la plaine où l’on trouve
Une fontaine et trois palmiers ;

Par delà ces rocs qui répandent
L’orage en torrent dans les blés,
Par delà ce lac morne, où pendent
Tant de buissons échevelés ;

Plus loin que les terres arides
Du chef maure au large ataghan,
Dont le front pâle a plus de rides
Que la mer un jour d’ouragan.

Je franchirais comme la flèche
L’étang d’Arta, mouvant miroir,
Et le mont dont la cime empêche
Corinthe et Mykos de se voir.

Comme par un charme attirée,
Je m’arrêterais au matin
Sur Mykos, la ville carrée,
La ville aux coupoles d’étain.

J’irais chez la fille du prêtre,
Chez la blanche fille à l’oeil noir,
Qui le jour chante à sa fenêtre,
Et joue à sa porte le soir.

Enfin, pauvre feuille envolée,
Je viendrais, au gré de mes voeux,
Me poser sur son front, mêlée
Aux boucles de ses blonds cheveux ;

Comme une perruche au pied leste
Dans le blé jaune, ou bien encor
Comme, dans un jardin céleste,
Un fruit vert sur un arbre d’or.

Et là, sur sa tête qui penche,
Je serais, fût-ce peu d’instants,
Plus fière que l’aigrette blanche
Au front étoilé des sultans.

CAP et Poésie par LOLO34 (invité) (193.227.228.xxx) le 31/10/19 à 16:21:49

Sensation

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :
Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l’amour infini me montera dans l’âme,
Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, — heureux comme avec une femme.

Arthur Rimbaud -

CAP et Poésie par Jean (invité) (90.109.235.xxx) le 17/11/19 à 13:47:17

Du rapport d'un troupeau, dont il vivait sans soins,
Se contenta longtemps un voisin d'Amphitrie :
Si sa fortune était petite,
Elle était sûre tout au moins.

CAP et Poésie par Ovide (invité) (91.88.41.xxx) le 18/11/19 à 06:59:57


Apollon est amoureux. Il a vu Daphné, il veut s’unir à elle ; mais elle fuit, plus rapide que la brise légère. Apollon a beau la rappeler, il ne peut la retenir malgré ses paroles : « Ô nymphe, je t’en prie, fille du Pénée, arrête, ce n’est pas un ennemi qui te poursuit. C’est l’amour qui me jette sur tes pas. Quel n’est pas mon malheur ! Apprends cependant qui tu as charmé ; je ne suis pas un habitant de la montagne, ni un berger, un de ces hommes incultes qui surveillent les bœufs et les moutons. Tu ne sais pas qui tu fuis et voilà pourquoi tu le fuis. J’ai pour père Jupiter ; c’est moi qui révèle l’avenir, le passé et le présent, c’est moi qui marie le chant aux sons des cordes. Ma flèche frappe à coup sûr ; une autre cependant frappe plus sûrement encore, c’est celle qui a blessé mon cœur. »Apollon voudrait parler encore, mais Daphné poursuit sa course éperdue et le laisse derrière elle. Les vents dévoilent sa nudité, leur souffle agite ses vêtements et rejette en arrière ses cheveux soulevés. Sa fuite augmente encore sa beauté. Ainsi le dieu et la vierge sont emportés l’un par l’espoir, l’autre par la crainte. Mais Apollon, entraîné par les ailes de l’Amour, est plus rapide et déjà il se penche sur les épaules de la fugitive, il effleure de son souffle les cheveux éparpillés dans son cou. Daphné, à bout de forces, est toute pâle.

CAP et Poésie par (invité) (90.109.235.xxx) le 18/11/19 à 14:38:56

Toutes ces belles lumières et ce tumulte autour de moi
M’embrument et m’enivre d'absinthe, d'amour et j'y crois
Je donnerai tout sans rien garder sauf ta réalité
Je mourrai comme j'ai vécu une fois le rideau tombé
L'idéal auquel je rêve, il n'a rien d'anormal
Par delà, le bien, le mal le temps m'emportera
Comme une rose en cristal vacille et perd tous ses pétales

CAP et Poésie par (invité) (92.184.117.xxx) le 18/11/19 à 20:34:30

La poésie du coureur qui griffe le bitume est légère.
La poésie du traileur qui tape du pied est pompière.

CAP et Poésie par (invité) (90.109.235.xxx) le 07/12/19 à 07:14:02

Mais quelle sensation merveilleuse
Que de savoir que c'est encore si loin
Plus longtemps encore palpitera mon cœur
Depuis mes doigts de pieds jusqu'à mes oreilles

CAP et Poésie par Françoise H (invité) (91.88.41.xxx) le 03/01/20 à 14:08:46

Mais si tu crois un jour que tu m'aimes
Ne crois pas que tes souvenirs me gênent
Et cours, cours jusqu'à perdre haleine
Viens me retrouver
Si tu crois un jour que tu m'aimes
Et si ce jour-là, tu as de la peine
À trouver où tous ces chemins te mènent
Viens me retrouver

CAP et Poésie par (invité) (93.23.251.xxx) le 06/01/20 à 09:25:22

Je fusille l’amour
À coup de pas lourds
Là où tombent les cieux
Je ne vois que des dieux

Répondre au message - Retour au forum sur la course à pied

Forum sur la course à pied géré par Serge